Lahou Kpanda, bientôt la fin

A quelques encablures de la mer, se dresse une bâtisse vieille de plusieurs années. Construite avec des matériaux solides, cette maison a une architecture coloniale. Le dessus est recouvert de tuiles. C’est la résidence qui a accueilli feu le Président Houphouët-Boigny, durant son séjour à Lahou Kpanda. C’était en 1955.

IMG_3999Au-delà de cet édifice, c’est tout « l’ancien Lahou » qui est menacé de disparition. «Avant, Lahou Kpanda s’étendait sur plusieurs kilomètres. Aujourd’hui, la mer a rongé notre cité.  Regardez cette clôture endommagée par la force de l’eau. D’ici quelques années, il ne restera pas grand-chose de Kpanda », déplore Didier Djeket, animateur à la radio de la ville. [Comprendre l’Histoire de Grand-Lahou]

De nombreuses habitations se sont affaissées aux passages des vagues qui achèvent leur déferlement sur ces constructions. Habitations en dur, maisons en papaux, arbres, cocotiers …, tous ont cédé la place à un tapis de sable fin bordant la mer.

IMG_3963« Nous sommes conscients que nous devons décamper de Lahou Kpanda comme nos parents l’ont déjà fait », explique un chef de quartier. «  Mon départ ne saurait tarder ; […] l’imminence se fait de plus en plus sentir avec la progression terrible de la mer », craint-il.

Et pour le pire !

Pour d’autres habitants, il est difficile de partir. Attachés à leurs différentes activités économiques (pêche, fabrication d’attiéké), principales sources de revenu. « Il n’est pas facile de tout abandonner et se réinstaller sur un nouveau site. C’est la raison pour laquelle je traine encore les pas », se justifie Monsieur Koffi, un habitant du village.

La chefferie, de son côté, pense plutôt à une amélioration des infrastructures économiques. Conscient du fait qu’ils doivent partir, leurs doléances ne changent pas. « Il nous faut de l’électricité, de l’eau. Il faut améliorer notre cadre de vie », souhaite Attawa Dadji Williams, le Chef de Lahou Kpanda.

Texte & Photos : Jacques Kouao

Publicités

2 Comments

Add yours →

  1. Chroniques à l'Ivoirienne... 7 février 2015 — 18 h 20 min

    Le changement climatique et ses conséquences!

    J'aime

  2. C’est vraiment triste de savoir qu’un jour cet endroit disparaitra! Le prix du réchauffement climatique coute vraiment cher …

    J'aime

Donnez votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :