Désiré Aka, maquettiste aux grands rêves

Assis une chaise pliante en bois, Désiré Aka épluche les planches de bambou. A sa droite, un lot de bois se mêlent à ces deux béquilles. A l’ombre d’un arbre, son regard est fixé sur la maquette du bateau qu’il est en train d’achever. « Ça m’a pris un mois pour faire ce bateau », explique-t-il. Un paquebot avec des tracés précis. Des chambres intérieures avec des scènes de vie. « Ici, c’est une chambre à coucher. La femme est au bord du lit, elle est en colère tandis que son mari dort ». Désiré pointe du doigt deux petites figurines qu’il a taillées et installées dans le bateau.

IMG_20150122_142416Comme outils, ce père de 5 enfants dispose d’un couteau et de planche de bambou. Et c’est tout. Désiré ne sait ni lire ni écrire. « Je n’ai pas eu la chance d’aller à l’école. A cause de mon handicap, mon père m’a abandonné ». Du coup, il ne fait pas de plan sur du papier. « Tout est dans ma tête. Je conçois et je corrige au fur et à mesure de mon travail ». Même pour les dimensions, l’artiste utilise une méthode bien à lui. « Je me sers d’un fil de bambou qui va être l’unité de mesure pour tout le travail ». Pas besoin donc de double décimètre ou autre instrument. Tout est fait à sa manière.

Quand on lui demande où il a appris à faire des maquettes, il répond : « personne. Je sais le faire. Je ne sais pas comment, mais je sais le faire. Je prends les planches de bambou, et je commence à les monter ». Pourtant, Désiré Aka n’a pas toujours fait cela. « J’ai quelques activités qui me rapportent un peu d’argent. J’ai une ferme et un maquis à Lahou plage. Mais c’est vrai que la fabrication de maquettes me passionne vraiment », avoue-t-il.

Depuis 2012, il sort régulièrement des réalisations. « J’ai offert au Maire (de Grand Lahou) une maquette d’une maison à étages avec jardin, garage et tout ce que vous pouvez imaginer. Le maire m’a offert 50 000 Francs CFA ».

Son rêve, un centre de formation

Pour l’instant, Désiré ne commercialise pas encore ses maquettes. Il sait pourtant que ça peut rapporter gros. « J’ai été déjà approché par des entreprises pour travailler sur certaines maquettes de maisons ». Mais ce qui intéresse l’artiste c’est de transmettre cette technique et de l’améliorer.

« Je rêve de pouvoir un jour avoir des jeunes qui vont apprendre à faire des maquettes. Pourquoi pas imaginer que les mercredis, des élèves viennent s’occuper ici en apprenant à fabriquer des maquettes », suggère-t-il. « Je rêve d’un centre de formation », conclue-t-il.

Texte & Photos : Israël Yoroba

Publicités

3 Comments

Add yours →

  1. Seul le travail paie! Bravo à l’équipe de #HelloAfrika

    J'aime

  2. WOW le talent est louable et le projet d’ouvrir une école pour transmettre son savoir également mais comment tirer de véritable revenus de cette activité?

    J'aime

Donnez votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :