#HelloAfrika au fil des rencontres #2 : Grand Lahou

Au corridor de Dabou, nous sommes accueillis par Moussa Diarra. Un « syndicaliste ». Il est surtout chargé de trouver des places dans les véhicule en direction de la côtière.

A chaque (mini)bus qui part en direction de Grand-Lahou, ce père de 26 enfants arrête la conversation pour savoir s’il peut avoir des places à l’intérieur pour les 5 « Aventuriers ». « J’ai eu mon permis depuis les années 1977 et j’ai fait beaucoup de voyage en tant que chauffeur dans tout le pays et quelques pays de la sous-région comme le Nigeria, Mali, Burkina-Faso…etc. » se souvient-il avec nostalgie.

Après trois tentatives et près d’une heure d’attente, nous avons enfin un « massa » (mini car). Direction : Grand-Lahou.

DSCN8350
Moussa Diarra, « chasseur de places »…

Nous prenons place à l’arrière du véhicule communément appelé « le salon ». Les personnes sont assises face à face. Le véhicule démarre en trombe et le chauffeur gardera cette cadence jusqu’à notre arrivée à Grand-Lahou. Malgré la vitesse à laquelle il roule, il a une maitrise parfaite de la route et ses nombreux trous. 42 minutes après notre « décollage ». Nous y sommes. « En général, il faut une heure 30 pour faire Dabou-Grand Lahou. Nous sommes obligés de rouler à vives allure car la voie n’est pas sécurisée. Il y a des coupeurs de route », se défend Aboudou, le chauffeur du minibus. Aboudou est assez jeune et effectue chaque jour ce tronçon en aller-retour. « Je peux même rouler les yeux fermés jusqu’à Pedro (San-Pedro) tellement je connais cette route par coeur » rigole-t-il. Il dit être conscient que rouler à vives allures peut avoir des conséquences pour lui, ses passager et son véhicule..

DSCN8395
Aboudou, chauffeur de Formule 1 ?

A Grand Lahou, nous avons rendez vous avec Constant. Après les salamalecs d’usage, il nous présente son collègue Didier Djeket, un jeune avikam (ethnie locale). Quelques minutes plus tard, nous sommes devant le Député-Maire. Après plus d’une heure d’échanges passionnant, l’Honorable Djaya Jean se réjouit de l’initiative #HelloAfrika. Et dans la foulée décide de prendre en charge le séjour des « Aventuriers ». Ils sont même invité à partager le petit déjeuner avec lui le lendemain matin à sa résidence.

DSCN8432Notre départ est retardé. Nous ne pouvons quitter Grand Lahou ce jeudi après midi comme prévu. La raison. Nous avons mis 3 heures pour attendre la pinasse qui devait nous ramener de Lahou Kpanda, ancien Grand-Lahou, à la nouvelle ville. Vu la nuit avancé, tout le monde nous déconseille de faire le trajet Lahou-Fresco. «Les coupeurs de route sont fréquents sur le chemin » nous prévient-on. Il est un peu plus de 19 heures.

Texte Cyriac Gbogou Photo Jacques Kouao, Cyriac Gbogou

Publicités

Donnez votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :