Luc Gnahoué : Gardien des terres

A San Pedro, Luc Gnahoué fait partie de ceux qu’on peut appeler les «gardiens des terres». « J’occupe le poste de secrétaire général de l’association des autochtones propriétaires terriens de San Pedro. Nous défendons et protégeons le patrimoine des Kroumen. Notre tâche consiste à lutter pour le paiement des purges des droits coutumiers et à gérer les questions foncières liées à l’occupation illicite de nos terres ». Pourtant la vie de Luc peut être qualifiée d’ordinaire. Même si au fond de lui, traine une âme de militant. Rencontre.

A l’église Harris (église fondée par le prophète africain William Wade Harris) à laquelle il appartient, il gère le département Éducation et Formation. Sa mission : encadrer, orienter et éduquer toute la jeunesse estudiantine à l’amour du travail et des valeurs. Les tournées de sensibilisation qu’il effectue à travers les 32 églises de la région qu’il chapeaute font de lui un homme populaire et respecté.

«C’est son intégrité, sa détermination, son expérience en organisation et sa capacité à mener des luttes qui ont emmené ses pairs Kroumen à rejoindre l’association des propriétaires terriens. Nous sommes en 2002», se rappelle un de ses proches.

Return to my native land

En 2011, suite à la crise post-électorale, Luc retourne à San Pedro. Il abandonne ses études en Philosophie, anthropologie et sociologie à l’université de Bouaké. Il y a urgence. Il doit prêter main forte à ses «frères » pour regarder de près les « purges » et veiller à ce qu’elles soient effectives.

« Les purges sont les droits que l’État octroie aux autochtones et les occupants d’un espace sur un territoire. Saviez-vous que cette loi n’a jamais été respectée à San Pedro ? Alors, notre boulot est d’attirer l’attention de l’État », prévient le diplômé en Philosophie.

Lui et ses compagnons de lutte créent une association pour revendiquer leurs droits. « Aujourd’hui, tout le comité attend que l’État se rattrape », espère Luc. Surtout que de nouvelles dispositions ont été prises sur la question du foncier. Des dispositions qui accordent une place importante à la délivrance d’une attestation coutumière pour l’acquisition d’un terrain.

Texte & Photo : Jacques Kouao

Publicités

Donnez votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :