Soubré : Sur les traces de la Nawa

L’une des attractions de la ville de Soubré est le fleuve de la Nawa. Un endroit mythique et mystique que cherchent à voir plusieurs touristes. Nous avons tenté d’y parvenir. Mais, à quel prix ?

9 heures 35. Le taximan qui nous conduit nous assure que le fleuve de la Nawa est situé derrière Kpéhiri. Un petit village à quelques kilomètres de Soubré. Nous y sommes en 5 minutes. Les cases en terre battue se dressent fièrement aux côtés de quelques maisons en ciment. Le village est quasiment vide. « Tout le monde est au champs à cette heure » lance, avec sourire, une dame. Daba en main, elle débroussaille l’arrière de sa cour. Les premières personnes à qui nous demandons notre chemin nous répondent, l’air désolé : « Vous vous êtes trompés de route. Ici, c’est le chemin du barrage en construction ». Il nous faut faire demi-tour. Renseignement pris, il va falloir nous rendre près du pont qui relie Soubré au village. « Là, vous verrez une piste sur votre gauche. Suivez-là ! », précise le gérant d’une boutique de vêtements féminins.

A pied, nous quittons le village pour rejoindre le bitume. A un certain niveau, nous apercevons la piste. « C’est votre première fois ? Allez tout droit. Ne tournez ni à gauche, ni à droite » indique un vieillard sur son vélo.

Commence alors une interminable marche sous un soleil de plomb. Sur le chemin, les paysages se succèdent. Ici, des cacaoyers. Là, des enfants pêchent des grenouilles dans une mare verdâtre. Plus loin, des manguiers aux feuilles touffues offrent des mangues belles et mûres. On peut humer facilement l’air de la brousse. Sur la piste sinueuse, des oiseaux volent au bruit de nos pas. Dans les champs que nous dépassons, les laboureurs se redressent pour nous saluer. A des endroits, des campements laissent échapper de la fumée d’un foyer. Des femmes sont assises autour d’une casserole sur le feu.

Une trentaine de minutes plus tard, l’air se rafraîchit brusquement. Nous ne sommes plus loin. Attirés par le bruit des eaux, nous hâtons les pas en descendant une petite pente. Le fleuve se dresse fièrement. De gros arbres offrent de l’ombre. Quelques vagues viennent rencontrer le sable fin des bordures. Nous y sommes.

Les chutes de la Nawa.

« Ici, ce n’est que le cours d’eau. Vous devez voir les chutes » propose Bernard Gohi. Cet artiste-peintre connait parfaitement les chemins et les secrets de cette eau. Pour y parvenir, il faut enjamber des roches tranchantes et glissantes. A pas de caméléon, nous les escaladons, parfois à quatre pattes, souvent en nous agrippant aux lianes qui trainent çà et là. Une petite marche en forêt plus tard, et nous voilà devant les chutes. D’énormes vagues viennent frapper les rochers, hauts de plusieurs mètres. Le bruit est assourdissant. Le spectacle est magique.

Nawa, génie protecteur de l’eau

« Il n’aime pas ceux qui viennent avec de mauvaises intentions » prévient notre guide. Il ? « Le génie de l’eau » répond Bernard. Nawa est donc le nom du génie qui, selon la légende, vit dans l’eau. « Le vrai nom du fleuve est Ibo en Bété et Sassandra en français » précise le petit homme torse nu en ajoutant : « C’est par méconnaissance qu’on l’appelle le fleuve de la Nawa ».

Il n’y a pas que des touristes qui y viennent. « C’est le lieu où plusieurs personnes viennent faire des sacrifices au génie. Poulets, noix de cola, œufs… ceux qui viennent sont convaincus que Nawa peut les protéger » raconte Bernard Gohi. Vrai ou faux ? « C’est une question de conviction personnelle. Ceux qui croient en ont le droit » répond-t-il, quand on lui demande. Lui n’a jamais fait de rituel.

Texte & Photo : Israël Yoroba

Publicités

2 Comments

Add yours →

  1. Je suis allé à la nawa et c’était vraiment magique et impressionnant un de mes meilleurs moments dans ce beau pays qu’est la côte d’ivoire!

    J'aime

Donnez votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :