L’Hôtel Les Ambassadeurs de Daloa : le chaos !

Il fut un temps où « La cité des antilopes » pouvait se vanter d’avoir un des plus beaux palaces de la Côte d’Ivoire. Mais, ça, c’était avant. Le tableau qu’offre cet édifice, aujourd’hui, est digne d’un film d’horreur. L’hôtel Les Ambassadeurs n’existe plus. Évoquer son nom fait (juste) sourire. Visite dans cette bâtisse, devenue désormais un dépotoir d’ordures et un repère de bandits.

A peine franchit-on le portail qu’on détecte les odeurs mixées d’ordures ménagères et d’excréments humains. Pas besoin d’aller plus loin. Juste-là, à même le sol, ces immondices vous réservent un accueil chaleureux. Le bitume à l’intérieur de la cour est encore intact. Cependant, les herbes l’encadrent de toute part. Le bâtiment a perdu de son éclat. Lui qui avait jadis si fière allure.

Il n’y a plus rien. Plus de toiture. Plus de porte, encore moins de fenêtre. Plus de carrelage. Rien. Dans (ce qui était) la salle de réception, on peut voir des restes de feu éteint. Des graffitis ornent les murs de partout. Des « calligraphes » y ont sans doute séjourné récemment. Les escaliers qui conduisent aux chambres n’en sont plus. Ils ont été désossés. On ne peut plus accéder au niveau supérieur. D’ailleurs, qui prendrait le risque de s’y aventurer ?

Dans l’arrière-cour, une savane a vu le jour. Des herbes, des herbes. Encore des herbes sur des dizaines de mètres à la ronde. La piscine se cache désormais au milieu de quelques arbustes. Elle est remplie d’une eau verdâtre et nauséabonde. Le champ de tir à l’arc a aussi disparu, laissant place à une grande étendue de déchets, d’herbes et d’ordures.

A l’époque, après le Zoo d’Abidjan, il fallait compter avec le parc animalier de Daloa. Cette époque appartient désormais à un passé lointain. L’espace est aujourd’hui abandonné et en ruine. Il sert d’abri pour insectes et autres petits animaux sauvages.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La crise à la barre

Tous les habitants de la ville sont unanimes. Les différentes crises qu’a connues la Côte d’Ivoire ont précipité l’Hôtel Les Ambassadeurs dans l’abîme. « La mairie qui en avait la charge était à bout de souffle », explique un journaliste. « Et, comme Daloa n’était plus vraiment une destination touristique, l’hôtel a perdu sa plus grande clientèle : les touristes blancs », ajoute-t-il. Pourtant, dans la ville, de nombreux complexes hôteliers ont vu le jour. Et ils ne désemplissent pas. « Ce qui est frappant, c’est que, dans d’autres villes comme Bouaké et Man, les hôtels de haut standing ont été restaurés. Pourquoi pas l’Hôtel Les Ambassadeurs ? », s’interroge le journaliste.

Texte et Photos : Israël Yoroba.

Publicités

Donnez votre avis

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :